ERARD-Festival 2016

Le son retrouvé

Érard-Festival à Hambourg le 1er et 2 octobre 2016
Musée de l’Art et de l’Industrie
Museum für Kunst und Gewerbe, Steintorplatz,
20099 Hamburg

Erardfestival 2016 enregistrements (Site en allemand)

Février 1858 : Richard Wagner visite le salon parisien de la veuve du facteur de piano Pierre Erard. La sonorité d’un des instruments, un piano à queue de 2,48 m de long, (numéro de fabrication 30320), l´émerveille tant qu´il use de toute son éloquence pour convaincre Mme Erard de le lui offrir. A son retour à Zurich, Wagner raconta combien l´instrument l´inspira de façon décisive la composition du deuxième acte de son intemporel chef d’œuvre Tristan et Isolde. Écoutons Wagner lui-même : « Le nouveau piano flattait ma sensibilité musicale de manière extraordinaire, et tout naturellement je commençais à entendre dans mon esprit les exquises sonorités nocturnes du deuxième acte de Tristan… »
Wagner ne fut pas le seul à trouver dans les pianos Erard une source d’inspiration significative, pensons aussi à Haydn, Beethoven, Chopin, Liszt, Ravel et bien d’autres. D´où vient la magie unique du son d’un Erard, caractéristique qui perdure à travers des générations d’instruments? Cette magie vient sans doute d’abord du parallélisme des cordes qui crée dans les graves une clarté et une précision surprenantes pour les oreilles du 21ème siècle. De là procède un étalement naturel des harmoniques qui permet une parfaite cohésion entre les aigus et les sons fondamentaux: une pyramide sonore idéalement structurée! L’esthétique d’un son pur, et pourtant capable de modulations, autorise une clarté du tissu musical, que l’on peut qualifier d´exceptionnelle. De nombreux Erard sont ainsi les témoins essentiels de leur époque dans l’Histoire de la Musique.
Cela nous permet d´évoluer vers de nouveaux horizons sonores. Les deux pianos (1840 et 1857), utilisés pour le « Erard-Festival » hambourgeois de cette année, nous donneront un exemple de leurs possibilités, non seulement en tant qu´ instruments solistes, mais aussi dans l’accompagnement d’autres instruments (violon, cor, flûte traversière en bois ou un second piano) et de la voix humaine.
Le programme du « Erard-Festival » propose plusieurs conférences de facteurs de pianos renommés et de restaurateurs d’instruments anciens venus de la France et d´autres pays (Autriche, Pays-Bas et Allemagne), une soirée de concert, une matinée et une création d’un compositeur contemporain français (Jacques Erdos). Pendant la soirée de concert, se produiront des artistes de la France et d´autres pays. La Matinée du dimanche sera animée par les étudiants du Conservatoire de Hambourg, de la Musikhochschule de Hambourg et de celle de Lübeck. Au cours des deux concerts, nous entendrons à côté des compositeurs clés du son Érard (Beethoven, Chopin, Liszt et Ravel) les trois compositeurs originaires de Hambourg Brahms, Reinecke et Fanny Hensel. Tous ces grands musiciens, et parmi eux Robert Schumann, appréciaient à sa juste valeur la sonorité des pianos Érard et avaient subi son influence. Le compositeur hongrois Joseph Kosma (1905-1969) avait lui aussi un Érard chez lui. L’impressionnante collection d’instruments du Musée de l’Art et de l’Industrie offrira à ce festival l´ ambiance et l´inspiration idéales.

Organisateur : fanderard avec le soutien du Conservatoire de Hambourg et l´aide du Musée de l’Art et de l’Industrie qui nous offre des salles idéales pour cet événement.

Contact :
Stephanie Weber, mail: erardfestival@mathias-weber.com, portable: 0049 179 2305000
Xavier Wohleber, mail: xavier.wohleber@orange.fr

Programme pour Samedi, le premier octobre 2016

11:00 Bienvenue et visite guidée de la collection de pianos historiques (Olaf Kirsch, administrateur et directeur de la collection des instruments)
11:45 Première de „cortège“von Jacques Erdos sur 2 pianos ou à 4 mains (Françoise Tillard und Mathias Weber) et autres …
15:00-16:30 conférences: Gert Hecher (Autriche, Vienne), Frits Janmaat (Pays Bas, Amsterdam), Ulrich Punke (Allemagne, Oldenburg)
18:00 – 22:00 (soirée de concert)

Chopin, Op. 42 (1840) 1840 Mathias Weber
Chopin, Op.64 (1847) 1840 Mathias Weber
Fanny Hensel (1805-1847), 3 pièces 1840 Françoise Tillard (France)
Joseph Kosma (1905-1969) Chants du Ghetto, suite pour piano 1857 Françoise Tillard
Ravel Sonatine (1905) 1857 Françoise Tillard
Ravel Concert pour 2 pianos, 2. mouvement (1931) 1857+1840 Mayu Sugano (Japon), Mathias Weber
Schumann Sonate Op. 22 (1840) 1840 Gundel Deckert
PAUSE
Schumann Dichterliebe (1840) 1840 Knut Schoch (Tenor), Mathias Weber
Chopin (le programme n´est pas encore fixé) 1840 Elina Akselrud (Ukraine)
PAUSE
Carl Reinecke (1824-1910) Undine – Sonate pour flûte et piano (1882) 1857 Martin Gonschorek (flûte en bois), Mathias Weber (piano)
Liszt Funerailles (1851) 1857 Mathias Weber
Brahms Horntrio trio pour cor et violon, Op. 40(1865) 1857 Javier Bonet (cor naturel, Spain) Maxim Kosinov (violon, Russie), Mathias Weber (piano)

Programme pour dimanche, le 2.10.2016

11:00 Matinée
Les étudiants des « conservatoire de musique » Lübeck et Hamburg jouent des œuvres de Beethoven, Smetana, Liszt, Schumann, Brahms… (Violon – piano, clarinette – piano et piano seul)
15:00 – 16:30 Visite guidée par Hambourg
Visite guidée par Hambourg avec un petit voyage en bateau sur l´Elbe et la montée sur notre église principale, le„Michel“.

Mathias Weber

Mathias_Foto_BiographieNé à Göttingen, il a reçu sa première formation musicale à Oldenburg, ville où il joua dès l’âge de huit ans en public en tant que pianiste des préludes et fugues de piano tempéré. Il fit ensuite ses études à l’école supérieure de musique de Hambourg où il étudia le piano sous la direction de E. Hansen, la direction d’orchestre avec W. Brückner-Rüggeberg et K. Seidel) et la théorie musicale avec C. Hohlfeld. Matthias Weber obtint une bourse de la Fondation des Etudes du Peuple Allemand et du Concours Fédéral qui subventionne les concerts de jeunes artistes. Parmi les prix qui lui furent décernés, on peut compter le prix du Concours de l’ARD ( Première chaîne de télévision allemande) le prix du Concours international de Rome et le prix des Frères Busch. Les concerts amenèrent l’artiste à se produire en tant que soliste, musicien de musique de Chambre et accompagnateur de chanteurs lyriques à travers de nombreux pays européens ainsi qu’aux USA (au Carnegie Hall) et en Asie de l’Est.
Ses partenaires furent entr’autre Christoph Eschenbach, Christoph Poppen, Alan Titus, Isabelle van Keulen, l’ensemble des instruments à vent de la Philharmonie de Berlin ainsi que des orchestres allemands et européens très renommés. Matthias Weber fut en outre invité à différents festivals internationaux. Divers CDS donnent une idée précise sur le répertoire étendu du musicien.

Dans le cadre du festival de musique du Schleswig- Holstein, Matthias Weber exerça pendant de longues années l’activité de professeur de Musique dans l’Académie de formation pour la direction d’Orchestre. Il exerça aussi en tant que professeur au Conservatoire et à l’École supérieure de Musique de Hambourg.

Matthias Weber s’est aussi illustré en tant que relecteur et auteur d’essays théoriques de Musique. Ainsi il publia la « Sonate de Bethoven Opus 24 – Aspect et Dialectique de la forme et du processus » dans la revue «  Musique et…. », éditée par l’Ecole supérieure de Musique et le Théâtre de Hambourg. L’adaptation du quintet pour piano de Brahms (piano et orchestre à Cordes) fut interprétée plusieurs fois par l’Académie de Musique de Chambre Neuss. En juin 2008, suivit l’adaptation du quintet pour piano de C.Franck ( «  Elaboration d’une symphonie pour orchestre et piano »). La représentation de l’adaptation pour piano de la seconde symphonie de Gustave Mahler pour deux pianos dans l’auditorium de Hambourg fit particulièrement sensation.